was successfully added to your cart.

7 astuces pour améliorer votre souplesse

By 28 septembre 2018 Motivation, Pole & Me

Rares sont les personnes qui sont souples de nature. Les autres (comme moi) doivent cravacher dur pour gagner chaque millimètre supplémentaire. 

Quand j’étais enfant (c’est-à-dire il y a environ 20 ans), je faisais de la gym et était globalement souple. Puis j’ai fait d’autres sports plus physiques, puis rien pendant 2 ans avant d’attaquer la pole dance. Autant dire que ma souplesse a bien eu le temps de disparaitre.

Ceux qui se souviennent de ma reprise pourront bien confirmer que l’état de ma souplesse donnait plutôt envie de pleurer… Jusqu’au jour où j’ai décidé de m’y prendre plus sérieusement.   Depuis il s’est passé plus de 4 ans de pratique personnelle et presque 1 an en tant que prof au studio Keelin Pro où je m’entraine. J’ai fini par faire une petite liste des astuces qui m’aident à progresser. Je les utilise dans mes cours et mes élèves réguliers voient leur souplesse progresser plus rapidement.

A l’heure d’aujourd’hui, j’ai 7 conseils à vous donner:

1. Soyez réguliers

Souplesse et régularité ce sont presque des synonymes, surtout pour des personnes raides comme moi. Mes muscles raidissent très vite dès que je fais des exercices physiques, mange n’importe quoi, ne me repose pas assez, etc. Si vous êtes comme moi et que vous voulez progresser assez rapidement, rajoutez au moins 1 séance de stretching intensif par semaine dans votre planning.

2. Fixez des objectifs intermédiaires et prenez des photos de votre évolution

Essayez de ne pas être gourmands tout de suite, fixez un objectif atteignable et découpez le en objectifs intermédiaires. Par exemple si vous voulez avoir un écart mais vous êtes loin du sol, fixez des paliers à atteindre pour chaque étape (30, 20, 10, 5, 0 centimètres du sol). L’atteinte rapide des premiers objectifs vous donnera la motivation pour travailler encore plus dur. 

Et bien évidemment, il est indispensable de prendre des photos des progrès. Des fois on ne se rend compte des progrès que quand regarde les photos.

3. N’allez pas dans la douleur extrême (soyez patients) 

Personnellement, je suis contre la méthode sauvage à l’ancienne où on hurle de douleur. Je considère que la souplesse doit apporter du plaisir (même si ça fait un peu mal sur le moment). Une douleur trop vive envoie un signal au cerveau que cela endommage le corps et donne le résultat inverse : on se crispe et on commence à détester le stretching.

En revanche, si vous bloquez au moment où l’étirement commence à bien se sentir sans aller vers la douleur atroce, petit à petit vos muscles vont s’habituer et trouveront ça presque agréable. 

Soyez patients. On voit déjà assez de personnes qui se précipitent et se blessent. Il vaut mieux prendre le temps mais y arriver sans déchirures. 😉 

4. Essayez de vous détendre pendant les étirements

Quand en plus de ça vous arrivez à vous détendre dans la position d’étirement, bien respirer et faire un sourire de Bouddha (ça fait beaucoup rire mes élèves quand je dis ça ^^ mais ça marche vraiment bien!), vous donnez à vos muscles un message « Tout va bien, c’est bon de s’étirer ».

Restez un moment dans chaque position en respirant profondément et vous sentirez vos muscles s’allonger. C’est une des techniques que j’utilise régulièrement dans mes cours : un moment relaxation avant la séance et respiration dans chaque position. Ça n’a l’air de rien mais ça fait beaucoup!

écrasement facial, écarts, souplesse jambes, flexibility, splits

5. Hydratez vous

L’hydratation est hyper importante. J’en ai parlé plus longuement dans cet article.

En ce qui concerne la souplesse, ça permet éliminer les toxines  et d’augmenter l’élasticité des muscles.

6. Prenez des cours de souplesse

Parfois c’est compliqué de s’organiser tout seul : pas le temps, pas d’idées d’exercices, pas la motiv’…. Mes élèves disent souvent : « En cours on va quand même bien plus loin qu’à la maison! » . 

C’est vrai, peu importe la discipline : vous n’avez pas besoin de réfléchir, de chercher des exercices et les tester avant de trouver ceux qui marchent vraiment. Et l’ambiance du groupe et le regard d’un coach vous poussent toujours un peu plus loin.

7. Participez au workshop de Marco Oranje 

Ça devrait être le conseil N°1 mais j’ai gardé le meilleur pour la fin. La rencontre avec Marco a été le vrai début de mon voyage dans le monde de la souplesse. Grâce à lui, j’ai redécouvert la souplesse du dos, que j’ai cru avoir perdu à tout jamais.

L’enseignement de Marco est construit autour de techniques ultra efficaces. Le travail du corps est très différent des techniques habituelles, avec un accent mis sur la sécurité. J’ai adopté complètements ses techniques et les utilise pour moi et pour mes élèves, en les mixant avec du yoga entre autres. 

Bref, vous aurez compris, un workshop avec Marco fait partie des indispensables. Je n’en rate pas un dans la région, quand je suis disponible. Depuis le tout début j’en ai fait au moins une dizaine et j’attends avec impatience le suivant!

Marco Oranje, contorsionist, flexibility

Marco Oranje, contorsionniste. Crédits photo : Karo Cottier Photography

Voilà les astuces qui m’aident à progresser. J’espère qu’elles vous seront utiles. 😉

A vos tapis ! 

P.S. Je vous conseille aussi d’investir dans un bon tapis de yoga qui ne glisse et ne s’étire pas. C’est indispensable pour travailler les ponts en toute sécurité. Personnellement j’utilise un tapis de la marque Lolë, je trouve que le rapport qualité/prix est correct. 

Et pour illustrer les progrès qu’on peut obtenir à partir d’un dos raide, les workshops avec Marco et des entrainements réguliers, je vous laisse une petite photo de mes progrès. 😉

Souplesse dos, back flexibility, backbend
Antonina Falco

Author Antonina Falco

More posts by Antonina Falco

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :