was successfully added to your cart.

Katja Dipman – Interview exclusive

Katja Dipman - pole dancer - photo by Jan Teller

Salut tout le monde !

Prêts pour une nouvelle interview avec une de nos Pole & Me Fairies ?

Cette fois-ci, nous avons rencontré  Katja Dipman, une pole danceuse danoise et une fille aussi belle que surprenante! Si vous croyez qu’elle a passé toute sa vie à faire de la gym et du ballet, ce n’est pas complètement faux… mais assez faux quand même. 🙂 Derrière sa douceur angélique se cache un caractère de warrior: Katja arrive à gérer un job à plein temps, un deuxième job en tant que prof de pole, des projets et en plus de ça, être une vraie athlète et participer aux compétitions. Où a-t-elle appris à être aussi efficace? Peut-être à l’armée? 😉

Bref, lisez notre interview exclusive, vous y trouverez plein de détails intéressants! 😉

Katja Dipman, pole dancer

Nom :  Katja Dipman

Age :  29 ans

Vient de : Denmark

Métier :  pole dancer, athlète, professeur de pole

Peux-tu nous en dire un peu plus sur toi, comment tu es venue à la pole et qu’est-ce que la pole t’a donné?

J’ai commencé la pole dance il y a deux ans et demie grâce à une amie. Ma prof était très athlétique, elle venait du monde de la gym, elle nous faisait faire tous les éléments acrobatiques au sol et sur la pole. Ça m’a plu énormément. Par contre mon amie avec qui je suis venue a décroché après le premier cours. Et moi, je suis devenue accro très rapidement.

Qu’est-ce qui t’attire dans la pole dance?

J’aime le fait que la pole est une combinaison de tout: c’est à la fois de la danse, de la gymnastique et des acrobaties, tout est mélangé et ça, c’est cool. On peut aussi mélanger des différents styles de danse avec la pole, on peut créer sans arrêt, c’est très intéressant.

Quel type de sport as-tu fait avant la pole dance?

J’ai fait de la gym mais je l’ai laissé tomber très tôt, vers 14-15 ans. Ensuite, j’ai toujours pratiqué du sport: j’ai fait du fitness, pendant un petit moment j’ai fait du cross-fit, j’ai aussi travaillé dans l’armée il y avait aussi beaucoup de sport, y compris de la natation.

Sérieux? Une fille si élégante, c’est dur de penser que tu as fait un service militaire. Comment tu t’es retrouvée la-bas?

C’était par hasard. On avait un stage à l’école et ça m’a plu. C’était intéressant, il y avait une discipline stricte. Après avoir quitté la gymnastique, où j’étais entraînée, boostée, j’avais juste besoin de cette discipline, de ce stimulus.

Aujourd’hui tu t’entraînes seule ou tu as un coach?

Non, aujourd’hui personne ne m’entraîne, je le fais moi-même. En général, j’aime vraiment aller au studio et créer.

Katja Dipman - pole dancer - photo by Yvonne Nguyen

Katja Dipman –  Photo credits Yvonne Nguyen @yvonnephoto

Et où est-ce que tu trouves cette motivation? Parce qu’avant il y avait de la discipline, mais maintenant?

C’est une question difficile. Ma motivation vient de l’intérieur. Je n’ai besoin de rien, j’ai beaucoup d’inspiration pour créer des mouvements et des combos. La musique joue un très grand rôle. Bien sûr je trouve beaucoup d’inspiration dans tous les réseaux sociaux et bien sûr certaines situations de la vie, certaines histoires que je transpose de la vie à la danse.

Tu es super souple. Ok, tu as fait de la gym mais c’était il y a longtemps. Est-ce que tu es naturellement souple ou tu as du travailler dur pour y arriver?

Je pense que c’est une combinaison des deux, j’étais vraiment très souple quand j’ai fait de la gym. Mais comme j’ai arrêté tôt et que je n’ai pas pratiqué pendant longtemps, j’ai dû commencer tout le travail dès le début. Je veux dire, par rapport au niveau que j’avais avant, c’était zéro. C’est bizarre, j’avais le sentiment que tout avait disparu en un seul jour, c’est-à-dire pendant une dizaine d’années, je pouvais tout faire, puis à un moment donné tous mes écarts et les ponts ont disparu. Et pour retrouver la flexibilité – c’est un travail difficile, il faut investir beaucoup d’énergie pour revenir au niveau d’avant.

Quelles techniques tu as utilisé? Les méthodes habituelles de la gym ou quelque chose de nouveau? Où est-ce que tu trouves ces exercices?

Oui, bien sûr, je prends beaucoup de la gym. Je sais travailler, j’ai différentes techniques intéressantes pour m’assouplir. Et, bien sûr, beaucoup de volonté. Comme pour beaucoup à la pole: comme on s’entraîne seuls la plupart du temps, on a besoin d’une grande volonté pour obtenir des résultats.

Aujourd’hui, tu enseigne la pole, n’est-ce pas?

Oui, j’enseigne différents cours dans un studio au Danemark, parce que j’aime tout: la pole, la souplesse, etc.

Est-ce que tu fais juste de la pole ou t’as aussi un travail « normal »?

En plus de la pole dance, je travaille comme comptable. Mais, bien sûr, presque tout dans ma vie est lié à la pole, maintenant. J’ai beaucoup à faire avec la pole, j’ai différents projets. Bien sûr, c’est difficile de combiner tout ça avec un travail, ça prend beaucoup de temps, mais j’aime bien.

Tu as ton propre style de pole. C’est toujours intéressant de savoir comment les gens trouvent leur style. Comment tu es venu au tien?

Pour être honnête, je pense que je suis toujours en train de le chercher. C’est très difficile de s’arrêter sur une seule chose, il y a tellement de styles différents dans la pole et dans la danse. Je prends vraiment beaucoup de la gym, du ballet. C’est ce qui m’inspire. J’aime beaucoup danser, mais j’aime aussi les éléments acrobatiques.

Quand tu travailles sur ton style, tout vient du coeur ou il y a aussi un peu de stratégie?

J’aime vraiment créer, donc ça vient surtout du coeur. Mais d’un autre côté, j’aime travailler les détails, donc la stratégie est là aussi. Tout doit être exact, propre, avec les pieds pointés et les genoux tendus, les positions des mains et de la tête sont très importantes. Je peaufine minutieusement tous ces détails.

Katja Dipman - pole dancer - photo by Jan Teller

Katja Dipman – Photo credits Jan Teller @janteller

Est-ce que tu participes aux compétitions et pourquoi?

Oui, pas mal, mais pas autant que je voudrais. Comme j’ai commencé la pole relativement récemment, ce n’est que le début. J’aime beaucoup le processus de préparation, ça donne beaucoup, pendant ce temps on grandi et gagne beaucoup d’expérience. J’aime créer, être sur scène. C’est par là que j’ai commencé quand j’ai fait de la gymnastique à 5,5 ans et pour moi c’est très naturel. Une compétition « perdue » ne m’empêchera jamais de suivre mon chemin, parce que ce n’est pas la principale motivation. La chose la plus importante pour moi est de pouvoir créer et partager avec le public. Bien sûr, quand je prépare une compétition, je me prépare pour gagner, c’est l’essence de la compétition. Mais si je ne gagne pas, je n’abandonne pas, au contraire, ça me pousse à travailler encore plus dur, à grandir, à corriger mes erreurs.

Comment tu te prépares pour les compétitions, où tu trouves des idées, de la musique?

C’est à chaque fois différent. Parfois, je suis très inspirée par la musique. Parfois j’ai besoin de trouver une idée, et elle vient toute seule. J’attends souvent qu’une idée vienne à moi. Je sais attendre. Et si selon les règles je dois raconter une histoire, c’est important pour moi de raconter l’histoire que je veux vraiment raconter. Voilà, quand je n’ai pas d’idées, je préfère attendre et aller à une autre compétition plutôt que m’inscrire et extorquer des idées.

Mais généralement tout se passe bien, et je n’ai pas besoin d’attendre longtemps pour une compétition. Peut-être parce qu’il y a tellement de compétitions artistiques maintenant, je ne me sens pas obligée de m’inscrire et d’attendre. Et c’est très important pour moi, parce que dans ce cas là je vais aux compétitions avec un grand désir, je brûle d’envie de partager mon histoire avec le public. Et puis tout devient plus facile: à la fois le processus de préparation et la compétition elle-même.

Katja Dipman - pole dancer - photo by Yvonne Nguyen

Katja Dipman – Photo credits Yvonne Nguyen @yvonnephoto

Comment est-ce que t’arrives à combiner le travail normal, l’enseignement au studio et la préparation aux compétitions?

Pour être honnête, je ne dors pas. )) Je crois qu’il y a des moments où on apprend et où il faut investir davantage. Bien sûr, j’espère qu’avec le temps ce sera plus facile, mais pour le moment c’est comme ça, et je prend plaisir quand même.

Qu’est-ce que tu fais pour rester mince et en forme? Est-ce que tu as une diète spéciale ou une pratique sportive spéciale?

Personnellement, je reste en forme grâce à la course à pieds. Je cours deux fois par semaine. Pour moi, les courtes distances à haute vitesse fonctionnent le mieux. C’est bon pour tout. Puis bien sûr, la danse. Quand je crée des combos de danse pour mes cours, je les répète plusieurs fois, et ça aussi, ça me donne du tonus.

Et puis, une fois par semaine je vais danser pour moi, de temps en temps je fais du yoga, et bien sûr je m’entraîne sur la pole.

Avec un tel rythme, je peux me permettre de manger presque tout, mais j’essaie de manger beaucoup de fruits et de légumes et de réduire le riz, le pain blanc et les pommes de terre.

Tu as parlé plus haut de projets. Tu peux donner plus de détails?

Oh, bien sûr. J’organise la Pole Dance Competition Denmark, qui existe depuis deux ans. Cette compétition a beaucoup de succès, ouverte à tous les styles et à tous les pays. Nous avons même une catégorie spéciale show.

Je gère aussi actuellement la fédération danoise de pole dance, on a récemment rejoint l’IPSF et il y a beaucoup de projets au sein de la fédération.

Katja Dipman, pole dancer, photo by Igor Bezludov

Katja Dipman – Photo credits Igor Bezludov @igor_bezludov

Est-ce qu’avec tout ça tu trouves du temps pour toi et pour une vie privée?

En fait, je suis une personne très déterminée, et quand quelque chose me manque, je prends des décisions et assume cette responsabilité. C’est aussi ce qui s’est passé avec la fédération.

Sinon, je prends vraiment plaisir à ce que je fais. Et j’ai de la chance: j’ai des amis et un copain très compréhensifs, qui me pardonnent tout. Depuis que j’ai découvert la pole, je suis devenu complètement accro.

Tu es l’une de nos Pole & Me Fairies, pourquoi dès le départ t’es-tu intéressée par une coopération avec nous, malgré le fait que la marque était toute nouvelle?

J’ai vraiment aimé la collection, surtout la tenue avec une jupe (Romantique). J’aime vraiment les jupes, et les marques de pole n’en proposent pas beaucoup. Je me suis simplement senti amoureuse de cette jupette, et je me suis retrouvée en partenariat avec Pole & Me. Je crois que c’était exactement ça. )))

Est-ce que tu trouves ce partenariat utile?

Bien sûr. En tant que partenaire, je suis très motivée pour créer quelque chose de nouveau, cela me motive beaucoup à aller de l’avant. Et, bien sûr, le projet avec Olga est très créatif et inspirant.

Maintenant que tu connais nos tenues par coeur, peux-tu partager ton avis de nos vêtements, quelles sont tes impressions?

J’aime les matières, très douces au toucher, agréables et confortables à porter quand on s’entraîne. Les tenues gardent la forme, ne bougent pas après les lavages, ont des coutures très solides.

Je suis très impressionnée par la qualité et j’aime les couleurs. Mais en particulier je suis amoureuse de la tenue avec une jupe. Je peux faire tous les éléments, rien ne bouge, et en plus la tenue est vraiment très belle.

Antonina Falco

Author Antonina Falco

More posts by Antonina Falco

Leave a Reply

%d blogueurs aiment cette page :